Traitement en cour, merci de patienter...
Traitement en cour, merci de patienter...
Saut de ligne
Image
RES MILITARIS - Revue européenne d'études militaires - European Journal of Military Studies
Image
Saut de ligne
Saut de ligne
Image
Saut de ligne
Search this journal
Recherche
Saut de ligne
Séparateur

Current issue
Numéro en cours

Image
Séparateur

Access previous issues
Archives

Image
Séparateur

RES MILITARIS

Image
Séparateur

E-mail alerts

If you wish to be notified of the next issue of Res Militaris as soon as it comes on line, please specify your e-mail address.
Saut de ligne

Alerte

Soyez informé dès la parution d'un nouveau numéro de Res Militaris.
Saut de ligne

 

Saut de ligne
Image
Image
Séparateur

RSS feeds - Flux de syndication

Image
Image
Séparateur
Image
Séparateur
Image
Image
Image
Image
Image
Saut de ligne

ISSN° 2265-6294

Saut de ligne
Image
Saut de ligne
RES MILITARIS - Revue européenne d'études militaires
Saut de ligne
RES MILITARIS - European Journal of Military Studies
Image
© artSILENSEcom - Fotolia.com
http://resmilitaris.net – ISSN° 2265-6294
Saut de ligne

 
Both current and past issues of the journal are in open access mode. Article submissions should be sent by e-mail to : resmilitaris@online.fr
 
Les livraisons courante et passées de la revue sont en accès libreLes propositions d'article doivent être adressées à la rédaction par courriel, à l'adresse : resmilitaris@online.fr
Image
Res Militaris is a bilingual (English, French), peer-reviewed, online social science journal dedicated to the study of military and security-related issues, broadly defined. Its regular issues, of the varia type, appear twice a year (Winter-Spring, Summer-Autumn). Apart from these serial offerings, Res Militaris publishes special thematic issues at irregular intervals
 
Image
Image
Saut de ligne
Res Militaris, publication bilingue (anglais, français) et à comité de lecture, est une revue en ligne de sciences sociales tournée vers l'étude des questions militaires et de sécurité, au sens le plus large. Ses numéros de série, de type varia, paraissent au rythme de deux fois l'an (Hiver-Printemps, Été-Automne). En marge de ces deux numéros annuels réguliers, Res Militaris publie, à intervalles variables, des livraisons thématiques hors-série.
 
Image
Image
Image
Saut de ligne
RES MILITARIS - Revue européenne d'études militaires
Saut de ligne
Current issue - Numéro en cours
Vol.11, n°1
Winter-Spring/ Hiver-Printemps 2021
Saut de ligne
RES MILITARIS - European Journal of Military Studies
Saut de ligne
Image
Saut de ligne

Contents of this issue
  
This first regular issue of Res Militaris for 2021 comprises six articles, two book reviews, and the usual “Classics” section. Uncharacteristically, five of its six articles are in French, and three of them come from Africa - some change if one recalls that English usually predominates, and only a few years ago African contributions to the journal were few and far between, or even non-existent.

The first article, penned by Ladislas Nze Bekale, examines the dynamics of popular participation in the fight against terrorism in Africa - a topic of particular concern beyond that continent, especially in Europe, on account of the seeming value of grassroots involvement in stemming the tide of Islamist destabilization in the region and its possible repercussions further afield.

The second, signed by Cyril Kenfack Nanfack, dwells on the role of self-defence groups of villagers used as auxiliary forces (some later integrated into the Army) in the context of insecurity generated by an armed rebel movement in Cameroon over the 1955-1971 period - an issue that has recently returned to the fore in that country and some of its neighbours, and is thus closely related to the previous one.

Next comes a piece by Édouard Épiphane Yogo on Central Africa, which reveals the aspirations after real independence on the part of the region's younger generation of intellectuals. Premised on the need for a realist appreciation and adoption of the concept of "strategic autonomy" by African thinkers and decision-makers alike, the author's analysis underlines a number of requirements to be met if such a goal is to be achieved. It deserves attention - if only as an indication of where a continent that (if demographers' predictions are anything to go by) will be home to fully one half of mankind within half-a-century could be headed.

The fourth contribution, authored by Tewfik Hamel, offers a critical view of the place of technology in the US “way of war”, the strategic debates around it, the doctrines they have spawned over the last four decades, and the cultural factors - both national and organizational - behind it all.

The fifth article, by Beatrice Heuser, probes how and why some historic battles, ranging from Salamis and Plataea in 480-479 B.C., through Lepanto and Waterloo, to Stalingrad and Diên Biên Phu, acquire symbolic value and become mythical, when others that could claim the same status as major historic turning points - Hydaspes River (326 B.C., which stopped Alexander's advance into South Asia), or Castillon (1453, which put an end to the Hundred Years' War) - are hardly remembered. The author's erudite and illustrated treatment offers a typology of the reasons behind this intriguing phenomenon.
 
The last, and only English-language, piece comes from Norway and bears the signature of Tone Danielsen and Sigmund Valaker. It recounts a four-year participant observation fieldwork effort to explore the intricate ways in which a new strategic concept becomes “owned” by defence actors, generates innovations and organizational learning, and is eventually (in this case, successfully) institutionalized. It emphasizes dialectical processes between micro-, meso- and macro-level developments, and the role of communities of practice and informal networks in compensating for the lack of agility of bureaucratic functioning. It also points to the advantage enjoyed by small nations such as Norway and their tiny armed forces, where interactions among the actors involved are greatly facilitated by the fact that everybody knows everyone else or at least “someone who knows the person one needs help or support from” : in that regard, size matters.

The “Classics” section is devoted this time around to one of Raymond Aron's early writings on nuclear strategy - "De la guerre : Âge atomique et diplomatie planétaire" (1957) [On War : Atomic Weapons and Global Diplomacy]
-, presented here by Antony Dabila. The Winter-Spring 2021 issue marks a turning point in this respect : up until now, with precious few exceptions, the contributions to that section consisted of French-language presentations of English-language classics of the military field. After ten years of publishing the journal, the time seems ripe for a change of tack, at least in part - to add Francophone classic works to the list and present them to both our English- and French-speaking readers. In other words, critical summaries of such French classic works will henceforth be offered in both languages : a development made possible by the distinct advances that have recently affected automatic translation software - though of course time-consuming revisions remain necessary (which for the time being precludes applying this new policy to all contributions to the journal).

This issue ends with two book reviews. The first, by Lisa Ellen Silvestri, presents a collective volume edited by Eric Eliason and Tad Tuleja - Warrior Ways : Explorations in Modern Military Folklore. Though not recent (it was published in 2012), this book continues to be widely cited among folklore and folklife scholars, and is thus well worth a review, however belated, in these columns.

The second, penned by this writer, bears on Jean Baechler's Guerre, Histoire et Société, published in late 2019 to crown a mammoth scholarly and editorial undertaking initiated and led by the author on the study of war. Spread over more than a decade, that astounding effort has produced no fewer than 16 collective volumes on as many major facets of armed conflict among polities across time and space, of which the present book serves as the definitive synthesis. Its depth and breadth are truly impressive, and its original approach, mixing philosophy (concepts), sociology (typologies based on variations in structure and culture) and history (contextualized events), promises to provide the field of war studies with an overarching paradigm it would be well inspired to consider seriously. Given its author's daunting personal bibliography (running into some 30 books, not counting edited volumes, on such themes as suicide, ideology, capitalism, democracy, and now war), and his stature as a senior fellow of the French Academy of Moral and Political Sciences, Baechler is not exactly an unknown quantity in the Francophone world. The chances are thus that this book, dedicated to his central reference (Clausewitz) and his erstwhile mentor (Aron), will eventually acquire classic status on a par with them. In order for it to be brought to the attention of English-speaking scholars without too much delay, the present review will be offered in English as well as in French.
  
Happy reading !
Bernard Boëne
 
Présentation du numéro
 
Ce premier numéro régulier de l'année 2021 comprend six articles, deux critiques de livres et l'habituelle rubrique “Classiques”. Cinq de ses six articles sont en français, et trois d'entre eux nous viennent d'Afrique - singularité notable si l'on songe que l'anglais prédomine couramment dans nos colonnes, et qu'il y a quelques années encore, les contributions africaines à la revue étaient fort peu nombreuses, pour ne pas dire inexistantes.

Le premier article, rédigé par Ladislas Nze Bekale,
examine la dynamique de participation populaire à la lutte contre le terrorisme en Afrique - sujet qui intéresse au-delà de ce continent, notamment en Europe, en raison de l'utilité qui peut s'attacher à une implication des sociétés civiles locales pour endiguer la vague de déstabilisation islamiste dans la région et prévenir de possibles répercussions extérieures.

Le second, signé de
Cyril Kenfack Nanfack, s'intéresse au rôle historique des groupes d'autodéfense composés de villageois camerounais utilisés comme forces auxiliaires (et pour certains, ultérieurement intégrés au sein de l'armée) dans le climat d'insécurité créé au Cameroun entre 1955 et 1971 par des rebelles armés - question récemment revenue sur le devant de la scène dans ce pays et chez certains de ses voisins, et qui donc renvoie à la précédente.

Vient ensuite un article d'
Édouard Épiphane Yogo traitant de l'Afrique centrale, et qui témoigne des aspirations à une indépendance véritable parmi nombre de jeunes intellectuels de la région. Affirmant la nécessité pour les penseurs et les décideurs africains de se saisir, à la manière des réalistes, du concept d'“autonomie stratégique”, l'analyse de l'auteur souligne un certain nombre d'exigences à satisfaire pour atteindre un tel objectif. Elle mérite l'attention - ne serait-ce que comme indication de la direction que pourrait prendre un continent qui (si l'on en croit les prédictions des démographes) abritera la moitié de l'humanité d'ici un demi-siècle.

La quatrième contribution, que signe Tewfik Hamel,
jette un regard critique érudit sur la place qu'occupe la technologie dans le “style de guerre” américain, les débats stratégiques qui en procèdent, les doctrines sur lesquelles ils ont débouché au cours des quatre dernières décennies, et les facteurs culturels - tant nationaux qu'organisationnels militaires - qu'on peut supposer derrière tout cela.

Le cinquième article, sous la plume de Beatrice Heuser,
s'interroge sur le devenir mythique, ses modalités et ses raisons, de certaines batailles historiques - de Salamine et des Platées (480-479 avant J.-C.) à Stalingrad et Diên Biên Phu en passant par Lépante et Waterloo, pour s'en tenir à celles-là - qui acquièrent ex post facto une valeur symbolique cardinale, alors que d'autres batailles pouvant a priori prétendre au même statut de tournants historiques majeurs - celle des Hydaspes (326 avant J.-C., qui a stoppé l'avancée d'Alexandre en Asie du Sud), ou de Castillon (1453, qui mit fin à la guerre de Cent Ans) - sont à peine évoquées. Le traitement érudit et pertinemment illustré qu'offre l'auteure débouche sur une typologie des raisons d'un phénomène qui a de quoi intriguer.

Le dernier, qui est aussi le seul en anglais, nous vient de Norvège et porte la signature de Tone Danielsen et Sigmund Valaker.
Il relate un travail d'observation participante sur le terrain qui a permis, quatre années durant, d'explorer la manière (foisonnante) dont un nouveau concept stratégique est “pris en charge” par les acteurs de la Défense, entraîne innovations et apprentissage organisationnel, et s'institutionnalise pour finir (dans le cas étudié, avec succès). Ses auteurs mettent l'accent sur les processus dialectiques entre interactions aux niveaux micro, méso et macro, et sur le rôle que jouent les communautés de pratique et les réseaux informels pour compenser la rigidité relative du fonctionnement bureaucratique. Il souligne également l'avantage dont jouissent les petits pays comme la Norvège, et leurs minuscules forces armées, où les interactions entre acteurs impliqués sont grandement facilitées par le fait que tout le monde se connaît ou du moins “connaît quelqu'un qui connaît la personne dont on peut attendre aide ou soutien” : à cet égard, la taille compte.

La rubrique “Classiques” est consacrée cette fois à l'un des premiers écrits de
Raymond Aron sur la stratégie nucléaire - “De la guerre : Âge atomique et diplomatie planétaire” (1957) - présenté ici par Antony Dabila. Le numéro d'hiver-printemps 2021 marque à cet égard un tournant : jusqu'à présent, à quelques rares exceptions près, les contributions à cette rubrique consistaient en des présentations en français de classiques anglophones du domaine militaire. Dix ans après la création de la revue, le moment semble venu de changer de cap, du moins en partie - d'ajouter à la liste des ouvrages retenus des classiques de langue française, pour les présenter à nos lecteurs tant anglophones que francophones. En d'autres termes, ces résumés critiques d'œuvres classiques en français seront désormais proposés dans les deux langues : évolution rendue possible par les progrès appréciables qui ont récemment affecté la traduction automatique - même si des révisions gourmandes en temps demeurent nécessaires (ce qui exclut pour l'instant l'application de cette nouvelle politique à toutes les contributions à la revue).

Ce numéro se termine par deux critiques d'ouvrages. La première, par Lisa Ellen Silvestri, présente un volume collectif dirigé par Eric Eliason et Tad Tuleja - Warrior Ways : Explorations in Modern Military Folklore.
Bien qu'il ne soit pas récent (il a été publié en 2012), ce livre continue d'être largement cité parmi les spécialistes du folklore et de la vie populaire, et mérite donc d'être examiné, même tardivement, dans ces colonnes.

La seconde, rédigée par l'auteur de ces lignes, porte sur l'ouvrage de Jean Baechler, Guerre, Histoire et Société,
publié fin 2019 et qui vient couronner une vaste entreprise scientifique et éditoriale, initiée et menée par l'auteur, sur le thème de la guerre à travers le temps et l'espace. En un peu plus d'une décennie, cet effort écrasant a produit pas moins de 16 volumes collectifs sur autant de facettes majeures des conflits armés à vocation politique, dont le livre présenté ici constitue la synthèse générale. L'ampleur et la profondeur des vues qu'y offre l'auteur sont véritablement impressionnantes, et son approche originale, mêlant philosophie (concepts), sociologie (typologies des variations qu'induisent structure et culture) et histoire (événements contextualisés), promet de doter le champ des war studies d'un paradigme d'ensemble qu'il serait bien inspiré de prendre en compte. De par son intimidante bibliographie personnelle (pas moins d'une trentaine d'ouvrages, sans compter les volumes collectifs, sur des thèmes tels que suicide, idéologie, capitalisme, démocratie, désormais la guerre) et la stature que lui confère son appartenance à l'Académie des sciences morales et politiques, Jean Baechler n'est pas exactement le premier venu dans les sciences sociales francophones. Il y a donc de fortes chances que ce livre, dédié à sa référence centrale (Clausewitz) et à son maître de jeunesse (Aron), acquière à son tour et à leur égal le statut de classique. Afin de le porter sans trop tarder à l'attention des spécialistes anglophones, le présent compte-rendu sera proposé dans les deux langues de la revue.

Bonne lecture !
Bernard Boëne
Saut de ligne

Saut de ligne
Image
RES MILITARIS
Image
Saut de ligne
              © Association Res Militaris
Image
Saut de ligne